Informations sur le CBD ?

La molécule de cannabidiol a été identifiée et isolée au début des années 1960. De nombreuses études scientifiques ont depuis permis de mettre à jour certaines particularités de cette molécule du cannabis.

Des études ont été menées au sujet du CBD, il ne s’agit que d’étude statistiques qui n’ont pas la valeur des études cliniques menées sur des patients. Les bienfaits attribués au CBD résultent de ces observations d’ordre statistique. Les bienfaits que l’on reconnaît au CBD sont de plusieurs ordres.

Absence d’effet psychotique
Tout d’abord son absence de psychoactivité lui permettent d’être utilisé chez un patient sans risque d’altération des fonctions. Rappelons à ce titre, que l’OMS – l’instance onusienne qui émet des recommandations concernant la santé – ne classe pas le CBD parmi les produits stupéfiants.

Les actions physiologiques
Le CBD a des propriétés analgésiques : le cannabidiol réduit la transmission de la douleur au cerveau. La prise de CBD permettrait de réduire l’activité inflammatoire due aux douleurs chroniques.

Des études ont montré les effets positifs du CBD sur l’anxiété. S’il est capable de réduire le stress et l’anxiété, le CBD serait un allié de poids dans le traitement d’un large spectre de maladies psychiques. Ou tout simplement un moyen d’améliorer son bien être personnel.

Des études sont actuellement effectuées pour valider l’action du CBD comme agent neuroprotecteur. Le CBD protégerait les cellules du cerveau et du système nerveux central contre les dommages. Cette caractéristique serait particulièrement intéressante dans le traitement des maladies dégénératives comme la maladie de Parkinson.

L’inhibition de la prolifération des cellules cancéreuses
Des analyses scientifiques ont montré que le CBD était capable de produire un stress oxydatif provoquant la mort de certains types de cellules cancéreuses. Le stress oxydatif a été mis en lumière comme facteur de développement possible d’un certain nombre de maladies progressives au nombre desquelles la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et le cancer.

Huile de CBD DOLOCAN

Qu’est ce que le CBD ?

Le cannabidiol, plus connu sous son appellation abrégée de CBD, est une molécule extraite du cannabis. La plante de chanvre comprend des dizaines de composants de type cannabinoides dont les plus connus sont le CBD et le THC (tétrahydrocannabinol). Le CBD donc un composé chimique présent dans le cannabis, au même titre que le THC, mais présent en plus grande quantité que ce dernier.

Extrait des plants de cannabis, le cannabidiol se présente sous une forme huileuse, qu’il est ensuite aisé d’incorporer à une solution liquide. Le CBD peut ensuite être consommé en tant qu’huile essentielle ou liquide de vapotage pour cigarette électronique. Effet mode aidant, on retrouve aussi l’appellation CBD sur le packaging de nombreux produits, notamment des cosmétiques. Cette utilisation marketing de la terminologie CBD indique uniquement qu’une certaine quantité de CBD, souvent faible, est contenue dans le produit fini.

Contrairement au THC, le CBD n’a pas d’effet psychoactif sur l’organisme. Par ailleurs il ne provoque pas de phénomène d’addiction. Il ne peut donc pas être qualifié de drogue. C’est pour ces raisons que son utilisation dans un cadre légal et sous certaines conditions est autorisée.

La démocratisation de son utilisation en Europe profite d’un certain flou juridique qui le fait considérer comme le « cannabis légal ». Ses bienfaits thérapeutiques sont étudiés depuis plusieurs dizaines d’années et reconnus dans un certain nombre de domaines médicaux d’où cet autre surnom de « cannabis thérapeutique ».

La commercialisation du CBD s’effectue sous forme de cristaux, fleurs ou pollens dans leur configuration la plus naturelle. Sous la forme de produit transformé, on trouvera des e-liquides et des huiles essentielles ou des capsules solides. L’industrie cosmétique utilisera quant à elle des extraits de CBD dont il sera difficile de contrôler la quantité et la qualité.

Molécule CBD type Cannabinoid
source Image: Molécule CBD type Cannabinoid

Quels sont les effets secondaires du CBD ?

Contrairement à l’autre molécule (THC) connue du cannabis, le CBD n’a aucun effet psychotrope et ne provoque pas d’accoutumance. Ces éléments ont été attestés en 2017 par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), une instance dépendant de l’ONU, qui ne classe pas CBD dans les substances stupéfiantes. Ce sont ces raisons qui le font considérer de manière positive comme pouvant entrer dans un processus thérapeutique.

Le CBD peut avoir des interactions médicamenteuses avec une large palette de médicaments, allant des anti-cancéreux au Voltaren. Le CBD peut notamment modifier la manière dont le foie décompose certains médicaments. Avant de prendre du CBD, il est donc prudent de vérifier avec son médecin traitant la compatibilité de l’action du CBD sur ces traitements.

La prise concomitante de CBD avec un traitement thérapeutique comportant un médicament dont l’effet est modifié par le foie peut potentiellement augmenter les effets de ce médicament tout comme ses effets secondaires. La parade usuelle consiste à baisser la posologie du traitement médicamenteux.

Par ailleurs, le CBD a quelques effets secondaires qui lui sont propres. Ces effets secondaires ont été notés dans certains cas, sans pour autant constituer une fatalité. Le CBD peut provoquer des diarrhées, des troubles de l’appétit et un sentiment de fatigue, voire de somnolence.

Est-ce que le CBD est légal en France ?

Surnommé « cannabis légal » en France, le CBD bénéficie d’un vide juridique quant à l’interprétation des textes sur la consommation des produits dérivés du cannabis. La lois française et le droit européen considèrent comme légal un taux de concentration en THC inférieur à 0,2 % sans préciser si cette barrière s’applique à la plante cultivée ou au produit fini.

De son coté la Mildeca (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives), dont l’avis émis en jullet 2018 n’est que consultatif, précise que les produits ne doivent contenir aucune trace de THC. Quant à l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) elle ne fait pas de distinction entre les différentes molécules du cannabis et les classe toutes dans la catégories des produits stupéfiants.



Du coté de la commercialisation, présenter le CBD comme un produit thérapeutique ou un remède, est en France interdit par la loi. En effet seuls les médecins et les pharmaciens sont autorisés à prescrire et commercialiser des produits thérapeutiques.

Malgré tout, la démocratisation du CBD s’est effectuée en Europe, bénéficiant de ce flou réglementaire. Un flou qui est également entretenu par des pratiques qui diffèrent selon les pays, rendant difficile un traçage des produits finis. Le principal écueil est représenté par le taux de THC, dont le seuil maximal autorisé est différent au niveau européen : 0,2 % en France et en Allemagne, 0,6 % en Italie, 1 % en Suisse.  

Le CBD permet-il de réduire la douleur ?

Une douleur chronique désigne une douleur intense localisée à un endroit précis du corps. Elle peut être forte jusqu’à constituer un handicap en limitant la mobilité physique de la personne. Des études statistiques ont montré que l’usage de CBD permettait d’atténuer les signes de douleur de personnes souffrant précédemment de douleurs chroniques.

Le corps humain est, à l’image de celui de tous les mammifères, doté d’un système endocannabinoïde. Ce système – appelons le SEC- est composé de récepteurs répartis dans tout le corps. Le SEC est utile à la régulation de la réponse immunitaire et à la transmission de la douleur. Sans en connaître les raisons exactes, on soupçonne le CBD d’agir sur les récepteurs du SEC, de manière à manipuler le signal utilisé par le corps humain pour la perception de la douleur. Ce paradoxe s’est traduit dans un rapport d’Addiction Suisse (une fondation privée et indépendante), en ces termes « un doute positif concernant les effets analgésiques du CBD pour réduire les douleurs ».

La douleur chronique
Les études statistiques sur le sujet montrent que l’utilisation du CBD en tant que traitement pour résorber les effets d’une douleur chronique produit des résultats notables. Le faisceau de présomption qui découle des études, suggère que l’utilisation de CBD peut réduire l’inflammation et la douleur. Par ailleurs, sachant qu’il n’y a pas d’accoutumance au CBD, il n’y a pas besoin d’augmenter les doses ni de se poser la question du sevrage.

La migraine
« Un joint pour soigner ta migraine » C’est à peu de chose près ce qu’a proposé une équipe de chercheurs italiens au dernier congrès de l’Académie Européenne de Neurologie en juin 2019. Et l’association THC-CBD donne des résultats très enthousiasmants.

Les douleurs provoquées par l’arthrite
L’étude la plus souvent citée sur le sujet a été menée sur des rats souffrant d’arthrite chez qui on a pu constater un soulagement des gonflements et de l’inflammation articulaire, ainsi qu’une réduction de l’évolution de la destruction des articulations.

Cependant il n’existe pas d’étude portant sur des patients humains sur le sujet. Il n’en reste pas moins que le faisceau de présomption est favorable.

Sous quelle forme peut on consommer le cbd ?

Le CBD est une molécule issue du cannabis. On peut en consommer soit le produit naturel (fleur, pollen, cristaux) soit un produit industrialisé issu de l’extraction. L’extraction du CBD de la feuille de cannabis produit une huile qui est ensuite intégrée dans un produit fini commercialisé sous la forme d’un flacon d’huile ou d’un e-liquide. Les cosmétiques utilisent quant à eux une huile provenant de la pression à froid de graines de chanvre.
A partir de ces produits, il existe différentes manières de les consommer.

Manger du CBD
Que ce soit sous forme cuisinée (cristaux, huile, graines) ou non cuisinée (pilule, huile), il est possible de consommer le CBD en le mangeant. Pour la manière cuisinée, il est possible d’intégrer l’huile de CBD ou les cristaux dans n’importe quel type d’aliment. Mais il est également possible de manger des graines de chanvre au sein d’un repas, comme absolument n’importe quel autre type de graine qu’utiliserait un végétarien. Le plus hype étant le thé au CBD, à prendre à 17h avec un cookie.  

Prendre soin de sa peau avec du CBD
La pression à froid des graines de chanvre permet de produire une huile contenant du CBD qui est utilisée dans l’industrie cosmétique. Outre les propriétés dues aux particularités de la graine de chanvre (hydratation), le CBD amènerait un plus au niveau de la régénération de la peau notamment dans les cas de brûlure.  

A quoi sert le système Endocannabinoïde ?

Le système endo-cannabinoïde (SEC) est un système qui a été découvert par inadvertance dans les années 1980, alors que le chercheurs se penchaient sur les effets néfastes du cannabis, afin d’en décrédibiliser la consommation. Le SEC est un système qui fonctionne avec des récepteurs (CB1 et CB2) dont les cannabinoïdes sont les messagers chimiques. Le système fonctionne habituellement avec des cannabinoïdes endogènes.

Cependant, l’étude sur le cannabis qui a permis de découvrir le SEC, a montré que celui-ci était capable de fonctionner avec des cannabinoïdes exogènes (les phyto-cannabinoïdes, cannabinoïdes provenant de plantes), avec une réponse plus performante et plus durable dans le temps. Ainsi alors que les endocannabinoïdes sont produits uniquement à la demande et sont détruits immédiatement après leur utilisation, les cannabinoïdes exogènes ont une durée de vie beaucoup plus longue.

Ainsi le THC contenu dans le cannabis se lie aux récepteurs CB1 du SEC et les active comme le ferait un cannabinoïde endogène. L’effet du THC dépasse donc le simple effet « planant » communément considéré comme purement psychologique et agit dans la transmission d’un certain nombre d’informations du SEC.

Le CBD quant à lui ne se lie pas aux récepteurs mais bloque la liaison THC – CB1 afin de limiter l’action du THC sur le SEC. Le CBD a peu d’influence sur le récepteur CB2, mais est un important facteur de stimulation de la production d’ endocannabinoïde par l’organisme.
Le SEC est un système qui agit en les modulant sur un certain nombre de processus, parmi lesquels :

• l’anxiété,
• la transmission de la douleur,
• la réponse immunitaire,
• le métabolisme etc.

Le maintien en équilibre de ces différents processus est appelé l’homéostasie. L’homéostasie est un état d’équilibre sain de tous les processus d’un corps. Et le SEC se trouve être le garant de ce constant état de bon fonctionnement.

La connaissance du système endocannabinoïde étant relativement récente, il existe de nombreux éléments ou effets qui nous sont encore mal ou pas connus.


Quels sont les bienfaits du chanvre ?

Par méconnaissance, le chanvre est souvent associé au seul cannabis dans l’imaginaire populaire. Or le chanvre, tout au moins ses graines et l’huile qu’on en extrait, sont d’excellents nutriments. La substance psychotrope du cannabis se situe surtout dans les feuilles de la plante. La graine de chanvre est exempte de substances psycho-actives.

En revanche, la graine de chanvre est riche en acides gras insaturés (30 % parmi lesquels on trouve les oméga 3 et oméga 6), acides gras essentiels à l’organisme. Cet apport est apprécié pour son action régulatrice du taux de cholestérol et pour son action préventive en matière de lutte contre les maladies cardio-vasculaires.

La graine de chanvre est appréciée des végétariens car elle est d’une haute teneur en protéines (25 %, juste derrière le soja). De plus, à l’image du quinoa, elle fournit les acides aminés essentiels nécessaires à notre alimentation. Les protéines qu’elle fournit sont par ailleurs mieux digérées que celles d’autres sources végétales. Un aliment de complément à privilégier pour les végétariens en recherche de nouveauté.

La graine de chanvre est également riche en fibres solubles et insolubles. Les fibres insolubles sont intéressantes dans la régulation du transit intestinal. Les fibres solubles aident à la bonne gestion de la glycémie dans le sang, ce qui en fait de bons remèdes préventifs contre le diabète de type 2.

Leur richesse nutritionnelle a incité l’industrie agro-alimentaire à s’intéresser à cette graine, si bien qu’aujourd’hui on trouve dans le commerce différents produits à base de graine de chanvre, comme des barres de céréales, des substituts de fromage, du beurre, des tisanes ou du café.

L’autre composante tirée du chanvre est constituée par l’huile extraite de la graine de chanvre. Plutôt connue pour ses usage dans l’industrie cosmétique, l’huile de chanvre est appréciée pour ses propriétés hydratantes, nourrissantes et régénérantes. Elle représente un remède parfait pour les brûlures de lla peau, que ce soit calmer le feu du rasoir ou les effets d’un coup de soleil. Certaines unités oncologiques l’utilise pour apaiser la peau soumise aux effets de la radiothérapie.

Quels sont les utilisation du CBD en cosmétique ?

En cosmétique, c’est l’huile de graine de chanvre qui est utilisée. Contrairement à l’huile CBD qui est extraite des feuilles de chanvre, l’huile utilisée en cosmétique est extraite par pression à froid des graines de chanvre. Les produits de consommation dérivés de l’huile de graine de chanvre couvrent une large partie des produits de soin et de bien être. Cela va des crèmes hydratantes, aux huiles de massage, en passant par les fonds de teint, les gommages et même les dentifrices.

L’huile CBD utilisée en cosmétique est appréciée pour ses propriétés apaisantes et sa forte teneur en oméga 3 et oméga 6 (plus riche que l’huile d’argan). A l’image du beurre de karité, l’huile CBD est riche en acides gras essentiels, utiles à une bonne hydratation de la peau.
Mais ce sont les caractéristiques propre au CBD qui font se différencier les cosmétiques à base d’huile CBD des autres. Le derme est un élément du système endocannabinoïde. A ce titre, il possède de nombreux récepteurs CB2 qui pourront être activés par le CBD. L’application locale d’un cosmétique à base de CBD peut ainsi agir à la manière d’un traitement thérapeutique, en favorisant une réponse locale à une inflammation de la peau.

Bizarrement, les packagings des gammes de cosmétiques utilisant de l’huile de graines de chanvre mettent en avant une feuille de chanvre, alors que celle-ci n’est pas utilisée dans leur fabrication. Chez les cosmétiques pour homme, la mise en avant de la feuille de cannabis est encore plus exagérée, surfant à fond sur la vague « bad boy ». Autre bizarrerie, alors qu’on ne connaît que depuis les années 1990 l’existence du système endocannabinoïde, la chaîne The Body Shop propose une gamme de produits cosmétiques au chanvre depuis 1992.

Le CBD a t’il des qualités anti-inflammatoires ?

L’histoire nous indique que les applications du cannabis en matière de lutte contre la douleur étaient connues de la médecine chinoise il y a plusieurs millénaires. Redécouvert dans les années 1990 avec la mise à jour du système endocannabinoïde, les propriétés du CBD pour agir contre la douleur et initier une réponse anti-inflammatoire sont encore en voie d’étude par les scientifiques.

Cependant on peut déjà constater que le CBD constitue aujourd’hui une réponse reconnue dans le traitement de la douleur et des inflammations. Le CBD a par exemple été retiré de la liste des substances dopantes par l’Agence Mondiale Antidopage, libérant son usage thérapeutique pour les athlètes de haut niveau. Alors que l’utilisation répétée d’anti-inflammatoires non stéroïdiens peut provoquer des effets secondaires importants (effets gastro-intestinaux de type ulcère ou brûlure d’estomac), l’efficacité du CBD comme anti-inflammatoire est confirmée par les études scientifiques et sans danger.

L’action du CBD au niveau du système endocannabinoïde afin de réguler la perception de la douleur a aujourd’hui démontré à la fois son efficacité et sa non dangerosité. Les processus sont longs à analyser et sont fonction des différents cas de figure, mais le sentiment global des chercheurs concernant l’utilisation du CBD dans une optique anti-inflammatoire est plutôt optimiste. Les études faisant part des résultats les plus probants dans le traitement de la douleur, ont été observées chez des patients atteints de cancer ou d’arthrite.

Aujourd’hui les produits à base de CBD sont nombreux. La personne atteinte d’une douleur chronique pourra la soulager en employant un ou plusieurs de ces produits. Que ce soit en application locale avec une crème pour un effet rapide, ou en gélule pour un effet plus prolongé, le CBD sera d’une aide efficace dans le traitement de la douleur.