La maladie de Parkinson

James Parkinson né en 1755 et mort en 1824 à Londres était un médecin, géologue, paléontologue et activiste politique anglais. En 1817, il découvre la maladie dite « paralysie agitante ». Jean Martin Charcot, éminent neurologue du 19ième siècle la nomma donc « maladie de Parkinson ».

Les effets de l’huile de CBD dans la maladie de Parkinson

Il existe dans le monde, à l’heure actuelle, environ 10 millions de personnes atteintes de cette maladie dont 15000 en Suisse. Dans la majorité des cas, elle apparaît chez les plus de 60 ans. Mais de rares exceptions ont démontré la possibilité de contracter cette maladie de manière précoce. 5 à 10 % des personnes diagnostiquées ont moins de 40 ans et 20 % n’ont pas encore 50 ans. Il faut souligner que cette pathologie touche plus d’hommes que de femmes. C’est la deuxième maladie neurodégénérative après Alzheimer mais aussi la deuxième cause d’un handicap moteur après l’AVC. La qualité de vie du malade s’amoindrit d’année en année, son autonomie diminue et ses douleurs sont omniprésentes. Mais il est fréquent de voir le patient à la recherche de solutions paramédicales afin d’améliorer son confort.

Des études scientifiques ont démontré l’efficacité du CBD Parkinson dans le soulagement des symptômes de la maladie. Nous commencerons, donc, par définir la maladie de Parkinson puis nous verrons les effets du cannabidiol chez le malade. Nous évoquerons, ensuite, la CBD Parkinson témoignage, d’une femme sur sa mère atteinte de la maladie depuis 10 ans. Ensuite, nous finirons par exposer deux études scientifiques sur l’impact du CBD dans la maladie de Parkinson.

Qu’est-ce que la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est une affection neurodégénérative du système nerveux central. Les neurones, responsables de la production de dopamine, se détruisent progressivement. Cette destruction va, donc, provoquer des troubles de la motricité comme la bradykinésie (ralentissement, retardement des mouvements). Mais également la rigidité et les tremblements. Les neurones dopaminergiques ne sont malheureusement pas les seuls à mourir. D’autres neurones sont responsables de troubles végétatifs (fonctions automatiques de la digestion, la circulation, la respiration, …). Des problèmes de sommeil, de déséquilibres psychologiques et de douleurs apparaissent également. Les gestes automatiques sont, donc, dysfonctionnels. Des hallucinations ou des délires peuvent survenir pendant la maladie, ceux-ci pouvant être également provoqués par les médicaments. Une perte d’expression du visage peut induire en erreur son entourage sur les émotions du malade.

Signes avant-coureurs

Des signes avant-coureurs peuvent être observés en début de maladie. La fatigue, la dépression, des douleurs dans les articulations ou la colonne vertébrale font parties des indicateurs. Mais ils ne suffisent pas à diagnostiquer celle-ci. La micrographie (réduction de l’écriture, petite et serrée) et la perte du ballant d’un bras sont deux signes importants.

C’est une maladie évolutive, les problèmes de santé du patient ne cessent d’augmenter avec le temps. Il n’existe aucun moyen de guérir de cette pathologie. Des traitements médicamenteux permettent toutefois la diminution voire la disparition des symptômes. La lévodopa (L-Dopa) est un précurseur de la dopamine dont se sert la médecine pour la maladie de Parkinson. D’autres médicaments viennent aussi compléter le traitement. Il faut noter que des effets secondaires importants peuvent apparaître durant la prise médicamenteuse. Une dépression, des angoisses, des hallucinations ou des troubles du contrôle de l’impulsion (jeux d’argent, achat compulsif, …) peuvent survenir. L’apathie (manque d’initiative, indifférence, …) peut également se manifester.

Les causes de la maladie sont encore méconnues mais deux hypothèses sont néanmoins retenues, la génétique et l’environnement. Une longue exposition importante aux produits chimique (pesticides, solvants) fait partie des possibles facteurs environnementaux de déclenchement de la maladie. C’est une pathologie extrêmement difficile à traiter. Mais il existe des produits comme l’huile de CBD permettant la diminution des symptômes de la maladie de Parkinson.

L’Huile de CBD et la maladie de Parkinson

À l’heure d’aujourd’hui, les scientifiques expliquent difficilement la manière dont les effets antiparkinsoniens du CBD se produisent. Le cannabidiol possède des propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices. La destruction des neurones dans la maladie de Parkinson provoque une inflammation dans le cerveau. Le CBD va, donc protéger le système en freinant l’inflammation, en ralentissant le processus neurodégénératif.

Le système endocannabinoïde de l’être humain permet l’homéostasie du corps à l’aide de récepteurs positionnés dans l’ensemble du corps. Il va réguler les fonctions corporelles. De ce fait, le CBD peut soulager la dépression, les troubles du sommeil, les psychoses et les problèmes moteur. Il peut, en effet diminuer les tremblements à l’aide d’un dosage approprié. De plus, il favoriserait la production de dopamine, une propriété importante dans le traitement de la maladie de Parkinson. Le dosage du cannabidiol doit être utilisé avec précaution. Il est important de commencer par la dose la plus faible pour la réajuster ensuite selon les besoins du malade. Par ailleurs, plusieurs études cliniques ont démontré l’efficacité de cette molécule.

Études scientifiques sur l’effet de l’huile de CBD dans la maladie de Parkinson

1ère étude : Cannabidiol pour le traitement de la psychose dans la maladie de Parkinson

Elle concerne la recherche sur les effets du CBD dans le traitement de la psychose dans la maladie de Parkinson. 4 hommes et 2 femmes atteints de la maladie avec des troubles psychotiques depuis trois mois sont choisis. Ils se voient, donc, administrer des doses réajustables de CBD (1ère dose de 150 mg/jour) pendant 4 semaines. Les résultats sont très encourageants, les symptômes ont nettement diminué pendant les essais cliniques. C’est un véritable espoir pour la médecine et le malade.

Publiée dans la revue Sage Journals en septembre 2008 par A. W. Zuardi, J. A. S. Crippa, J. E. C. Hallak, JP. Pinto, M. H. N. Chagas, G. G. R. Rodrigues, V. Tumas (Université de São Paulo, Brésil) et SM. Dursun (Université de l’Alberta, Canada).

2ième étude : Effets du cannabidiol dans le traitement des patients atteints de la maladie de Parkinson

21 personnes sur 119 sont choisies pour des essais cliniques sur les effets du CBD dans la maladie de Parkinson. Ils ont été divisés en trois groupes de 7 personnes. Pendant 6 semaines, ils ont été traités par placebo, 75 mg de CBD /jour ou 300 mg /jour. Les scientifiques ont constaté une amélioration de la qualité de vie des patients ainsi que des propriétés neuroprotectrices.

Publiée dans la revue Sage Journals en septembre 2014 par M. H. NChagas, A. WZuardi, VTumasMAPena-Pereira, E TSobreira, M. M Bergamaschi, A. CDos Santo, JEC. Hallak, J. A. S. Crippa (Université de São Paulo, Brésil) et A. L. Teixeira (Université fédérale du Minas Gerais, Brésil).

CBD Parkinson Témoignage :

La fille d’une personne atteinte de la maladie de Parkinson

Sa mère a développé la maladie de Parkinson il y a 10 ans. Son traitement s’est avéré efficace les premières années puis son état s’est dégradé. Les médicaments n’étant plus aussi efficaces qu’au début, des excès de colère incontrôlables sont apparus. Le CBD a permis à sa mère de retrouver une certaine sérénité et à son père une plus grande tranquillité. D’autant plus qu’ils n’ont constaté aucun effet secondaire. Ses parents ont, donc, vu leur qualité de vie s’améliorer.

En conclusion

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui, malheureusement, ne possède toujours pas de remède à l’heure actuelle. Le médecin propose des traitements afin de diminuer les symptômes. La qualité de vie se dégrade petit à petit laissant peu de place à l’autonomie du patient. Mais depuis quelques années, les scientifiques ont découvert des propriétés thérapeutiques du CBD chez les personnes atteintes de cette pathologie.

Des études ont rapporté une diminution des signes moteurs et non moteurs après administration du cannabidiol. Le témoignage d’un membre de la famille d’une malade parkinsonienne confirme l’efficacité du CBD dans la diminution de certains symptômes. Il est à noter que le CBD ne doit pas se substituer au traitement initialement prescrit par le médecin neurologue. Il vient, donc, uniquement en complément.

×

Bonjour!

Cliquez sur l'un de nos représentants ci-dessous pour discuter sur WhatsApp ou envoyez-nous un email à support@evetica.ch

× Besoin d'aide ?